Amazon ouvre un centre technique pour les drones dans les Hauts-de-Seine

Version texteEnvoi par courriel.
Amazon_Clichy
La livraison par drones n'est plus une utopie. Le géant américain Amazon vient d'annoncer l'ouverture à Clichy-la-Garenne (Hauts-de-Seine) d'un centre de développement de logiciels de gestion du trafic des drones. Une douzaine de spécialistes logiciel vont être chargés de plancher sur un système de gestion du trafic sécurisé des drones qui viendra compléter le contrôle du trafic aérien existant. L'objectif est de livrer les objets via ces objets volants en 30 minutes. "Ce logiciel permettra d'effectuer des opérations de drones à basse altitude en toute sécurité en fournissant un accès à l'espace aérien et au geofencing(fonction permettant de surveiller le déplacement et de prendre des mesures si l'appareil s'écarte de sa trajectoire), d'identifier et de séparer le trafic aérien en temps réel, de planifier des vols intégrant la gestion des imprévus et le contournement des fortes intempéries", a expliqué Amazon. 
 
En clair, "Il s'agit de faire en sorte que les drones coopèrent ensemble, qu'ils ne convergent pas tous au même moment dans un espace donné de l'espace aérien, qu'ils sachent réagir face à tous types d'obstacles prévisibles ou non prévisibles, que ce soit un avion, un oiseau ou un immeuble. Ce sont des questions très complexes qui nécessitent des traitements logiciels très poussés", explique Paul Misener, vice-président monde de l'innovation chez Amazon.
 
L'équipe française va travailler en réseau avec les centres de développement de ce projet aux États-Unis, au Royaume-Uni, en Autriche et en Israël. "La France fourmille de talents. Son excellence académique est réputée à travers le monde et nous sommes convaincus que ce savoir-faire unique jouera un rôle majeur alors que nous continuons à innover pour les clients", a expliqué Frédéric Duval, Country Manager d'Amazon France. 
 
Amazon a déjà réalisé sa première livraison par drone à un particulier britannique en décembre. Pour autant, le géant américain ne donne pas de date pour la généralisation de son programme même si "un jour, voir des engins Prime Air sera aussi normal que voir des fourgons postaux sur les routes".
 
Cependant, outre le défi technologique, comme pour les voitures autonomes, la livraison par drone suppose d'obtenir toutes les autorisations des pouvoirs publics et notamment de l'aviation civile. 
 
Amazon n'est pas le seul dans la course. En décembre dernier, La Poste a décroché l’autorisation de la DGAC pour DPDgroup, sa filiale express internationale, à livrer des colis par drone sur une ligne commerciale régulière de 15 kilomètres dans le Var.

Médias Sociaux et Flux RSS

Twitter icon
Google+ icon
YouTube icon
RSS icon