La Funk musique perd deux de ses maîtres: Clyde Stubblefield et Walter "Junie" Morrison

Version texteEnvoi par courriel.
Clyde Stubblefield
Tout le monde connaît Fight the Power, l’hymne rageur de Public Enemy. Un hommage entre les lignes, aussi, au batteur Clyde Stubblefield, le funky drummer de James Brown qui vient de disparaître. Né le 18 avril 1943 dans le Tennessee, Clyde Stubblefield est entré dans la légende en 1965 en intégrant la formule double batterie (avec John "Jabo" Starks) de "monsieur Dynamite", du genre plutôt sourcilleux sur la question des beats qui déboîtent et font se déhancher. En six ans, le batteur va poser une marque de fabrique imparable, notamment sur l’emblématique thème éponyme, enregistré fin 1969 à Cincinnati, qui lui vaudra son surnom. Cold Sweat, Sex Machine… La liste est dense des hits sur lesquels sa frappe sèche et lourde, un breakbeat tout en suspensions, le hisse au sommet d’un genre qui a enfanté plus d’un maître des baguettes. Si cette signature rythmique sera la pierre angulaire à la fondation du hip-hop, elle n’assurera pourtant pas à son auteur de confortables royalties : certes payé et crédité pour les séances, il n’y est fait aucune mention de son nom en termes de composition. C’est ainsi qu’il est mort des suites d’une insuffisance rénale qu’il traînait depuis quinze ans et qu’il parvint à traiter grâce au soutien de Prince, qui déboursa quelque 80 000 dollars. Mais depuis le décès de ce dernier, Stubblefield n’avait plus d’assurance santé.
 
Ironie du sort, loi des séries, quelques jours avant lui, la Toile se faisait le relais du récent décès à 62 ans de Walter "Junie" Morrison, autre pilier de la culture funk qui a lui aussi beaucoup nourri l’imaginaire du hip-hop. Le nom de ce multi-instrumentiste qui cosigna One Nation Under a Groove de Funkaledic reste tout autant associé pour la postérité au mouvement G-Funk, dont le gimmick mélodique s’inspira fortement de Funky Worm alors que Junie présidait aux destinées des Ohio Players: ce classique de 1973, à base de synthés décalés et de voix tout aussi barrées, fut samplé lui aussi à tour de bras. Q-Tip, QuestLove et tous les autres n’ont pas manqué de le créditer.

Médias Sociaux et Flux RSS

Twitter icon
Google+ icon
YouTube icon
RSS icon