Google et le CNES font voler un ballon pendant 98 jours

Version texteEnvoi par courriel.
Ballon LOON
Lancé en 2013 par le labo X de Google, le projet Loon vient peut-être de connaître une sacrée accélération. L’idée reste toujours de connecter les populations exclues d’internet grâce à des ballons volant en permanence à 20km du sol. Mais une nouvelle technique de navigation reposant sur des algorithmes d’apprentissage automatique (machine learning) va peut-être leur permettre de rester désormais beaucoup plus longtemps au-dessus des zones à couvrir. L’équipe du projet Loon vient en effet d’annoncer d'avoir réussi à faire voler un ballon durant 98 jours au-dessus du Pérou. Une première. Lancé depuis Porto Rico, il s'est déplacé durant 12 jours en transit le long des côtes, puis a survolé le Pérou, exigeant des dizaines de réglages chaque jour pour trouver les bons vents garantissant sa portée. Au total, 20 000 modifications auront été effectuées.
 
Et ce n’est pas une mince affaire car la stratosphère est traversée d’un système permanent et complexe de vents très stratifiés, chaque strate possédant sa propre direction et vitesse. A cette altitude, les ballons ne peuvent donc rester stationnaires et ne se déplacent qu’en allant vers le haut ou vers le bas. Jusqu’à maintenant Google utilisait des modèles météorologiques prédictifs et des algorithmes de prise de décision fondés sur différentes variables comme l’heure de la journée ou l’emplacement pour réussir à placer le ballon dans la strate allant dans la bonne direction,  permettant de le faire avancer.
 
Dans le cas du Pérou, l'équipe du projet Loon a fait appel à de l'intelligence artificielle. Depuis le début des tests, 17 millions de kilomètres ont été parcourus et des quantités gigantesques de data accumulées permettant de développer de nouveaux algorithmes d'apprentissage automatique. Ce qui a considérablement amélioré le dispositif. Quand il n’était pas possible de trouver le bon vent, par exemple, le système de navigation a choisi d’envoyer le ballon à la dérive sur l’océan Pacifique pour bénéficier des vents d’est plutôt que de rester au-dessus de la terre.
 
La particularité des ballons du projet Loon réside dans leur forme ovoïde et leur constitution interne. En effet, un second ballon est présent à l'intérieur du premier qu'il suffit de gonfler d'air pour influer sur l'altitude de vol. 

Médias Sociaux et Flux RSS

Twitter icon
Google+ icon
YouTube icon
RSS icon