L’ONERA prépare l’avenir européen du lancement des petits satellites

Version texteEnvoi par courriel.
Eole et son lanceur Ares
Dans le cadre du projet PERSEUS sous maîtrise d’œuvre du CNES, l’ONERA étudie un concept innovant de système de lancement aéroporté pour la mise à poste de petits satellites de 10 à 50 kg en orbite basse. Le lancement aéroporté peut être décrit comme une solution particulière d’architecture de système de lancement spatial dans laquelle le premier étage est un véhicule réutilisable de conception aéronautique, chargé d’acheminer puis de larguer en altitude (et dans des conditions adéquates de pente et de vitesse) un lanceur à propulsion fusée. Le projet ALTAIR (Air Launch space Transportation using an Automated aircraft and an Innovative Rocket) est un projet européen H2020 coordonné par l’ONERA et faisant intervenir six pays partenaires. Objectif: démontrer la faisabilité industrielle d’un système de lancement à faible coût de petits satellites. Ce programme de recherche durera 36 mois.
 
L’intérêt de ce choix d’architecture, comparé à un lanceur classique partant du sol, est multiple:
 
1.Tout d’abord: un gain en performances pour le lanceur. En effet, le fait de démarrer en altitude le vol propulsé du lanceur conduit à une diminution des effets perturbateurs de l’atmosphère (traînée atmosphérique et perte de performances de la propulsion fusée). De ce fait, ce système permet d’obtenir un lanceur plus petit que son équivalent partant du sol ayant la même performance. D’autre part, le porteur est réutilisé, alors que tous les étages sont consommables dans un lanceur classique.
 
2.Un mode opératoire en principe plus simple et des infrastructures au sol plus légères, car les opérations au sol se rapprochent dans une certaine mesure de celles d’un aéronef, en particulier grâce au décollage horizontal sur piste. En outre, ce système rend plus facilement envisageable l’exploitation du système de lancement depuis des sites différents, ainsi que des applications de type "lancement à la demande".
 
3.Une plus grande souplesse d’utilisation en terme de missions. En effet, ce système offre la possibilité de démarrer le vol du lanceur dans la zone géographique souhaitée, en particulier en mer. L’intérêt est notamment d’élargir les possibilités en terme d’azimut de tir (et donc d’inclinaison orbitale visée) par rapport aux contraintes de sécurité que peut connaître un site de lancement terrestre.
 
Ces avantages font du lancement aéroporté une piste prometteuse pour le développement à moindre coût d’un système de lancement dédié aux petits satellites, notamment les très petits satellites de 50 kg ou moins. Pour cette gamme de masse, il n’existe en effet aucun moyen de lancement réellement adapté. Actuellement, les satellites de ce type doivent être lancés en tant que passagers secondaires, donc avec des contraintes très fortes sur l’orbite visée et la date de lancement, imposées par la charge utile principale.
L’ONERA travaille depuis plusieurs années en collaboration avec le CNES sur cette thématique du lancement aéroporté, au travers de divers projets et études de systèmes de lancement futurs, dont les études DEDALUS.
 
L’idée originale développée dans ces travaux est de concevoir un système de lancement aéroporté dont le porteur est automatique et conçu exclusivement et de façon "minimale" pour la mission de lancement. Ce concept constitue une alternative potentiellement moins complexe et moins coûteuse que les solutions habituellement envisagées pour le porteur, à savoir le recours à un avion piloté ou bien à un système de drone classique.
 
L’objectif des travaux en cours est de consolider le concept ALTAIR (architecture lanceur et porteur, mode de largage, etc.) afin d’aboutir à un dossier de spécification, en vue de la réalisation d’un avant-projet détaillé du concept.
 
Egalement dans le cadre du projet PERSEUS du CNES, l’ONERA travaille sur le démonstrateur à petite échelle EOLE, conçu pour approfondir l’étude du lancement aéroporté avec des expérimentations en vol au profit du concept ALTAIR. EOLE est une plateforme expérimentale destinée à tester différents systèmes de largage, et différentes conditions et manoeuvres de séparation, ainsi qu’à étudier le comportement relatif porteur/lanceur durant la séparation. D'une envergure de 6.7 m et d'une masse au décollage de 150 kg, EOLE sera capable grâce à ses deux turboréacteurs de 40 daN de poussée unitaire, de larguer en conditions variées de vitesse, altitude et manœuvre, des maquettes de fusées elles-mêmes instrumentées, propulsées et même potentiellement pilotées. Il pourra également servir de banc d'essais volant pour tester en conditions réelles différents sous-systèmes ou équipements étudiés dans le cadre de PERSEUS.
 
La conception mécanique, la fabrication, l’équipement, l'instrumentation et à terme la mise en œuvre du porteur EOLE sont confiés à la PME Aviation Design, spécialisée dans la réalisation de véhicules expérimentaux. L’Université Evry Val d'Essonne (UEVE) réalise la conception et la fabrication d'un dispositif de séparation et de largage de référence. Enfin, l'association Planète Sciences, l'Institut Polytechnique des Sciences Avancées (IPSA) et l'association CLC de l'Ecole Centrale Lyon sont en charge de la définition, de la fabrication et de l'équipement du lanceur de référence. Le système expérimental EOLE a fait l'objet du dépôt d'un brevet commun au CNES, à l'ONERA et à Aviation Design.
 
L’ONERA, acteur central de la recherche aéronautique et spatiale, emploie environ 2 000 personnes. Placé sous la tutelle du ministère de la défense, il dispose d’un budget de 207 millions d’euros dont plus de la moitié provient de contrats commerciaux. Expert étatique, l’ONERA prépare la défense de demain, répond aux enjeux aéronautiques et spatiaux du futur, et contribue à la compétitivité de l’industrie aérospatiale. Il maîtrise toutes les disciplines et technologies du domaine. Tous les grands programmes aérospatiaux civils et militaires en France et en Europe portent une part de l’ADN de l’ONERA: Ariane, Airbus, Falcon, Rafale, missiles, hélicoptères, moteurs, radars…
 
En vidéo ci-dessous --> Le projet Perseus

Médias Sociaux et Flux RSS

Twitter icon
Google+ icon
YouTube icon
RSS icon