Recherche

300 ours abattus en Floride

Version texteEnvoi par courriel.
Chasse à l'ours en Floride

Débutée le 24 octobre 2015, la chasse à l'ours noir (Ursus americanus)en Floride vient juste de se terminer alors que le quotas prévu a déjà été dépassé. Cela faisait 21 ans que cette chasse n'avait pas été autorisée. C'est la Florida Fish and Wildlife Commission (FWC), entendez la société de conservation de la nature sauvage de Floride (sic), qui a approuvé cette semaine de chasse avec un "prélèvement" de 320 ours noirs sur une population estimée à environ 3 100. C'est donc un peu plus de 10 % des ours de l'Etat qui ont été tués en quelques jours par des milliers de chasseurs (près de 3 800). Chaque chasseur, qui n'avait le droit de tuer qu'un seul ours, a payé sa licence 100 dollars, ce qui permet en outre à la FWC de récolter la coquette somme de 376 900 dollars, fonds qui seront dédiés à "la réduction des conflits entre l'Homme et l'ours," précise la Florida Fish and Wildlife Conservation Commission.

Heureusement, la chasse a été prévue pour que les mères ayant des petits soient abattues lorsque les oursons ont au moins 9 mois, de sorte qu'ils puissent survivre à cette perte tragique. Robert Ruderman, un activiste écologiste ne manque pas de rappeler que cette chasse est bien orchestrée, qu'elle profite au gouverneur de Floride Rick Scott et ses fidèles soutiens : l'industrie de l'arme à feu, les promoteurs immobiliers et les riches chasseurs de trophées... Une nouvelle rassurante tout de même: les armes automatiques et les chiens n'étaient pas autorisés pour la chasse.

En fait, personne ne connait les vraies raisons de cette chasse explique Kate MacFall, directrice de The Humane Society pour la Floride dans le journal Florida Today. Les raisons évoquées sont obscures : personne dans le gouvernement de Floride n'a de réponse claire.
Officiellement, il s'agit de "gérer" la population d'ours noirs, sans savoir précisément quelle est son état : les derniers comptages de la Florida Fish and Wildlife Commission datent de 13 ans et les prochaines seront terminées fin 2016.

Bien sûr, l'ours devient de plus en plus une nuisance : au fur et à mesure que l'Homme détruit son habitat et s'approprie son territoire, l'ours devient franchement insupportable, fouillant dans les poubelles, entraînant des accidents de la circulation sur des routes qui fragmentent son espace vital. Les solutions sans massacre existent (poubelles anti ours, stérilisation...), mais là aussi, peu importe, "le cœur a ses raisons que la raison ne connaît point" disait Blaise Pascal en d'autres circonstances.

Enfin gardons nous d'un "cocorico" mal placé alors que la France poursuit l'abattage de 36 loups, de peur qu'ils ne viennent un jour manger nos enfants jusque dans nos chaumières.

En vidéo ci-dessous --> Abattage et inspection des ours

Médias Sociaux et Flux RSS

Twitter icon
Google+ icon
YouTube icon
RSS icon