Recherche

Reggae made in Jamaïca

Version texteEnvoi par courriel.

Pendant des décennies, le son de la Jamaïque a été le reggae, cette musique contagieuse, syncopée comme nulle autre et qui a transformé la petite île des Caraïbes en une puissance culturelle. Mais son succès a été bien au-delà de ses racines, et maintenant, beaucoup en Jamaïque s'inquiètent de ce que les amateurs de reggae à l'étranger oublient que ce style de musique est né en Jamaïque. "Le reggae a été donnée au monde par la Jamaïque et donc personne ne peut ou ne doit jamais décourager quiconque ailleurs de faire cette musique. Mais nous pensons qu'il faudrait reconnaître que le reggae a été créé en Jamaïque" , a déclaré Michael Ibo Cooper, musicien et président de l'association des producteurs de reggae de la Jamaïque (Jamaica Reggae Industry Association).
Partout dans le monde, les festivals de musique célèbrent les sons rendus célèbres par le saint patron du reggae, Bob Marley et ses héritiers. Mais ces festivals ont en tête d'affiche des groupes venant de Californie ou de France au lieu d'avoir des Jamaïcains du terroir.

Mis à part les albums du regretté Bob Marley ou de sa progéniture, très peu des meilleures ventes de CD ou des téléchargements de reggae proviennent d'artistes jamaïcains. Pour obtenir un meilleur ancrage dans l'ère de l'information, les responsables jamaïcains et les initiés de l'industrie du reggae réfléchissent à des façons de mieux rentabiliser l'exubérante culture musicale de la Jamaïque et d'aider à protéger ce que certains considèrent comme la propriété intellectuelle locale.

Après des années de soutien sporadique, le gouvernement voit de plus en plus le reggae et d'autres entreprises culturelles comme un moteur économique dont l'île a besoin. Les fonctionnaires planchent sur la création d'une marque de certification pour désigner le "reggae authentique" une sorte d'appellation d'origine pour promouvoir les musiciens, producteurs et marchandises jamaïcains. Ils espèrent aussi défendre le reggae jamaïcain en le faisant inscrire par l'Unesco sur la liste mondiale du "patrimoine culturel immatériel" comme le tango en Argentine et l'opéra de Pékin en Chine.

L'agence de l'ONU basée à Paris, dit que le gouvernement de l'île n'a pas encore demandé son inscription sur la liste, qui compte plus de 280 traditions culturelles. Les artistes jamaïcains disent qu'un appui soutenu du gouvernement pourrait donner à l'industrie de la musique locale un coup de pouce bien nécessaire et aider à préparer les musiciens à être davantage pré sent sur le marché international.
Chaque mois de février la Jamaïque célèbre "le Mois du reggae". Cette année, les événements comprenaient des ateliers sur la propriété intellectuelle pour les musiciens émergents. L'Université des West Indies a aussi récemment accueilli une conférence internationale sur le reggae. La thématique sur le commerce mondial du reggae a été longuement abordée.
Pour les professionnels il ne s'agit que d'une question de temps avant que les Jamaïcains dominent à nouveau le reggae au niveau mondial.

Médias Sociaux et Flux RSS

Twitter icon
Google+ icon
YouTube icon
RSS icon