Assassin's Creed Unity: Liberté, Égalité, Fraternité

Version texteEnvoi par courriel.
Assassin's Creed Unity

Chaque automne depuis 2007, Ubisoft a habitué les joueurs à une nouvelle itération de la franchise Assassin's Creed. Cette année, toutefois, la nouvelle mouture, première sur les consoles de nouvelle génération, propose du jeu multijoueur en mode coopératif, un nouveau moteur de jeu et plusieurs autres améliorations, tout en vous plaçant au cœur de la Révolution française. La série Assassin's Creed aurait-elle atteint une certaine maturité ?

Dans cet épisode, vous incarnez Arno Victor Dorian. L'histoire vous fait revivre une tragédie qu'il a vécue alors qu'il était enfant, puis vous amène quelque 13 ans plus tard, alors qu'Arno devient un assassin, et tentera de combattre la corruption qui règne en France, au temps de la Révolution française. L'histoire est pleine de rebondissements, et on a droit à beaucoup de cinématiques, qui ajoutent à la profondeur du scénario.

Les mouvements sont plus fluides, tant pour escalader (même en diagonale) que de descendre d'un édifice ou autre élément du décor. On a droit aussi à des animations qui donnent l'impression que le personnage fait du «parkour».

Les combats sont aussi plus fluides et il arrive que plus d'un ennemi attaque simultanément et les combats contre 3 ennemis ou plus sont très difficiles. Le joueur doit apprendre à parer les coups ou esquiver... ou s'en tenir à un style de jeu plus furtif.

D'ailleurs, chaque mission octroie un certain nombre de points de compétences, selon le nombre d'objectifs atteints au moment d'accomplir une mission donnée.

Ces points serviront à acquérir des habiletés importantes tout au long du jeu, comme le double assassinat. Il en va de même pour l'achat d'accessoires et armes secondaires, maintenant accessibles via le menu de personnalisation: l'utilisation de certains items nécessitera que le joueur ait débloqué cette compétence. Or, si le jeu contient une portion importante de jeu solo, il a été conçu pour nécessiter (ou presque) du jeu multijoueur, afin d'acquérir des points plus rapidement.

Le mode multijoueur offre des missions pour 2, 3 ou 4 joueurs. Les joueurs peuvent non seulement unir leurs forces pour attaquer plusieurs cibles simultanément, mais ils peuvent aussi plutôt jouer furtivement alors qu'un joueur attire l'attention des gardes, pendant que les autres s'infiltrent ou accomplissent une action.

Détail intéressant, la vision de l'aigle (qui permet de repérer les ennemis et les cibles) peut être partagée aux autres joueurs, en mode coopératif.
Certains écrans offrent des informations intéressantes, comme le suivi de progression, et Ubisoft a même intégré un système de notation des missions, histoire de mieux évaluer ce que les joueurs aiment ou n'aiment pas.

On sent le souci du détail, tant la modélisation des édifices et des décors est impressionnante. Ubisoft a fait appel à des historiens afin de reproduire le Paris du 14e siècle le plus fidèlement possible, avec les édifices et les costumes d'époque. De plus, les rues de la ville sont beaucoup plus peuplées que dans les épisodes précédents, témoignant de la puissance additionnelle qu'offrent les consoles de nouvelle génération.

Si le contenu a été grandement amélioré, Ubisoft a tout de même dû opter pour une résolution de 900p, plutôt que 1080p, histoire de mettre un maximum de personnages et de détails dans le décor. Le jeu demeure toutefois très beau et la différence n'est à peu près pas perceptible. Il y a quelques défauts mineurs au niveau des collisions ou de la superposition de certains éléments à l'écran, mais rien de suffisant pour gâcher l'expérience du joueur.

Que ce soit pour jouer en solo ou en ligne avec des amis, Assassin's Creed Unity est un jeu qui saura river le joueur à son écran pendant des dizaines d'heures. Les amateurs de la série ne seront certainement pas déçus.
D'ailleurs, si vous jouez généralement à la version originale anglaise d'un jeu, optez cette fois pour la version française, afin d'obtenir une meilleure immersion, puisque le jeu se passe à Paris.

En France, ce jeu a fait naître une polémique sur la relecture historique. Le parti de gauche français (PG) a critiqué la présentation de la révolution française dans le jeu, dénonçant une propagande contre la république française représentant Robespierre comme un monstre sanguinaire et Marie-Antoinette comme une pauvre petite-fille.

Le secrétaire national du PG Alexis Corbière déclare que la bande-annonce du jeu « [...] reprend à son compte tous les poncifs contre-révolutionnaires forgés depuis plus deux siècles ». Il écrit sur son blog « À tous ceux qui vont acheter Assassin's Creed Unity, je leur souhaite un moment agréable, mais je leur dis aussi que le plaisir de jouer n'empêche pas de réfléchir. Jouer oui, mais ne vous laissez pas manipuler par ceux qui font de la propagande ».

Il ajoute "Ce n'est pas par mépris pour le jeu vidéo que je lance cette polémique. Au contraire. C'est un objet culturel de grande importance, qui touche beaucoup de gens. Pourquoi ne s'interrogerait-on pas là-dessus aussi ?". Le producteur du jeu Antoine Vimal du Monteil a répondu que "Assassin's Creed Unity est un jeu vidéo grand public, pas une leçon d'histoire", tandis que Laurent Turcot (conseiller historique sur le jeu, professeur à l’Université du Québec à Trois-Rivières, et surtout spécialiste de la Révolution Française) a affirmé: "C'est un biais qu'Ubisoft a décidé de prendre, mais il n'est pas aussi extrême que ce que développe M. Mélenchon. Son analyse manque un peu de rigueur" dans la mesure où M. Mélenchon ne se basait que sur la bande-annonce pour juger.

En vidéo ci-dessous --> Un trailer d'Assassin's Creed Unity

Médias Sociaux et Flux RSS

Twitter icon
Google+ icon
YouTube icon
RSS icon