Recherche

Les Basement Tapes de Bob Dylan

Version texteEnvoi par courriel.
Bob Dylan - The basement tapes

La compagnie phonographique Columbia Records, l'un des labels de la major du disque Sony Music, vient d'annoncer la parution, le 4 novembre, d'un nouveau coffret de la collection "Bob Dylan – The Bootleg Series", consacrée à des enregistrements rares ou inédits, réalisés lors de concerts ou de séances en studio du chanteur, auteur-compositeur, guitariste, pianiste, harmoniciste et peintre américain. Intitulé The Basement Tapes Complete, ce onzième volume de la série, qui devrait comprendre 6 CD et 138 chansons, est présenté comme le Saint Graal des dylanologues.

Entre juin et octobre 1967, Bob Dylan et les musiciens du groupe canadien The Band – le guitariste Robbie Robertson, les claviéristes Richard Manuel (1943-1986) et Garth Hudson, le bassiste Rick Danko (1942-1999) et le batteur Levon Helm (1940-2012), originaire lui des Etats-Unis – se retrouvent régulièrement dans les sous-sols de Big Pink. Cette maison à West Saugerties (Etat de New York) où vit une partie des membres de The Band, sert aussi de lieu de répétitions. C'est là que Dylan et The Band enregistrent, avec les moyens du bord, de nouvelles compositions des uns et des autres, passent en revue des thèmes de blues, des traditionnels folk ou country.

Quelques-uns de ces échanges artistiques vont d'abord connaître une publication sous la forme d'un double album 33-tours vinyle intitulé Great White Wonder en juillet 1969, généralement considéré comme le premier disque pirate de l'histoire du rock – l'opéra, la musique classique, le blues, le jazz ont été l'objet de ces publications officieuses, captations de concerts, de diffusions radiophoniques, recueil de chutes de studio, etc., depuis les années 1920. Great White Wonder, dont le premier tirage ne comporte aucun titre sur une pochette blanche, pas plus que sur l'étiquette centrale des disques, contient plusieurs enregistrements de Dylan – pas plus identifié sur la pochette. Des essais remontant à 1961, quelques titres non conservés dans des albums publiés par Dylan, et sept des chansons de Dylan avec The Band.

Dans Bootleg : The Secret History of the Other Recording Industry (St. Martin's Press, 1995), Clinton Heylin raconte notamment l'histoire de cette « merveille blanche », qui sera commercialisée d'abord en Californie, et dont une partie des chansons, en particulier celles de Dylan et du Band, seront diffusées sur des radios locales ; l'impossibilité durant un temps pour Columbia Records, la maison de disque de Dylan, d'empêcher cette diffusion…

Ce n'est qu'en 1975, avec la publication officielle, cette fois de 22 titres, sur l'album The Basement Tapes – les bandes du sous-sol – que le grand public sera mis au contact d'une partie des enregistrements à Big Pink, devenus légendaires. Certaines chansons ne sont interprétées que par The Band.

Avec le temps, d'autres publications pirates ont ajouté des références à cet ensemble, dont, en 1992, The Genuine Basement Tapes, en 5 CD, et A Tree With Roots, sa déclinaison en 4 CD avec un son amélioré, sorti en 2001. De la vingtaine de titres révélés en 1975, on arrivait là à près d'une centaine.

Dans son communiqué, Columbia entend faire la différence : restauration méticuleuse d'après les bandes d'origine – les pirates ont eu parfois accès à certaines de ces sources mais aussi à des copies sur cassettes, parfois des copies de copies –, présentation chronologique fondée sur le classement des bandes à l'époque réalisé par Garth Hudson, qui a collaboré de près à cette édition, épais livret, photos inédites...

Les spécialistes se sont déjà mis à comparer la liste des chansons de la publication officielle et des éditions pirates. L'édition Columbia propose peu de prises différentes d'une même chanson, et l'on se trouve dorénavant avec un corpus de 115 titres uniques.

A cela, les amateurs de Dylan pourront ajouter un autre album, qui parie sur l'attrait que suscite le terme "Basement Tapes". Harvest Records, distribué par une autre major du disque, Universal Music, annonce pour sa part la parution de Lost on The River : The New Basement Tapes.
Il s'agit, selon la présentation, de textes manuscrits de Dylan, écrits durant la même période que la collaboration avec The Band – a priori des textes qui n'ont pas donné lieu à des chansons alors –, qui ont été mis en musique et interprétés par les chanteurs et guitaristes Elvis Costello, Taylor Goldsmith et Jim James (leader du groupe My Morning Jacket), le chanteur et multi-instrumentiste Marcus Mumford et la violoniste, banjoïste et chanteuse Rihannon Giddens. A la production T. Bone Burnett. La sortie de cet album est prévue le 10 novembre.

En vidéo ci-dessous --> The New Basement Tapes - Nothing to it

Médias Sociaux et Flux RSS

Twitter icon
Google+ icon
YouTube icon
RSS icon