la NASA dévoile Curiosity 2

Version texteEnvoi par courriel.
Rover Curiosity 2

Le nouveau robot d'exploration prévu pour rejoindre Mars en 2020 se dévoile peu à peu. A travers un communiqué, la NASA a détaillé les sept instruments scientifiques de cette future technologie inspirée de Curiosity. Cette série d’instruments de pointe a été sélectionnée avec soin par l’agence spatiale américaine qui a examiné pour l’occasion 58 propositions soumises au début de l’année par des chercheurs du monde entier.  Si la conception et le développement du futur robot seront très similaires à ceux de Curiosity, la NASA mise sur une technologie bien plus sophistiquée. Les sept instruments, d’une valeur de 130 millions de dollars, permettront ainsi au rover d’analyser la géologie de son site d’atterrissage martien et de mettre en évidence d’éventuelles trace de matière organique témoignant de signes de vie dans le passé.

Parmi les instruments sélectionnés, l’un d’entre eux est le fruit d’une collaboration entre une équipe française du Centre National d'Etudes spatiales (CNES) et américaine du Los Alamos National Laboratory. Baptisé SuperCam, il est constitué notamment d'une caméra couleur et de spectromètres, il permettra ainsi d’analyser du haut du mât du robot la chimie des roches de Mars. "Les capacités de SuperCam en font un instrument essentiel pour étudier la diversité géologique de la surface de Mars et mettre en évidence s’il y a lieu, des "biosignatures", traces d’une vie passée à la surface de Mars", explique un communiqué commun du CNRS et du CNES. Il sera aussi étroitement utilisé pour sélectionner les échantillons à étudier plus en détails. Le JPL et le CNES avait déjà collaboré pour la mission de Curiosity et la construction de l'instrument appelé ChemCam en opération à la surface de Mars depuis maintenant deux ans. A partir de 2020, c'est donc une nouvelle aventure qui commencera pour l'équipe française de l'Institut de Recherche en Astrophysique et Planétologie (IRAP) de Toulouse dirigée par Sylvestre Maurice.

D’autres outils devraient permettre au robot de sélectionner et stocker au cours de sa mission une série d’échantillons de roches et de sols martiens. Cette collection sera préservée à l’intérieur de l’appareil dans l’objectif de pouvoir peut être un jour être ramenés sur la Terre. Le rover embarquera également des instruments destinés à réaliser des analyses de l'environnement martien. A l'instar de Curiosity, le rover sera doté d'une MastCam plus perfectionnée lui permettant de photographier et zoomer sur les éléments qui l'entourent. Il emportera aussi un instrument appelé "Planetary Instrument for X-ray Lithochemistry" ou PIXL, qui servira à déterminer la composition des matériaux situés à la surface de Mars. Un autre instrument baptisé "Scanning Habitable Environments with Raman and Luminescence for Organics and Chemicals" ou SHERLOC lui permettra de s'intéresser à la minéralogie et de détecter d'éventuels composés organiques.

L'instrument Mars Oxygen ISRU Experiment ou MOXIE a lui été conçu pour mener une petite expérience à la surface de Mars. Objectif : produire de l'oxygène en utilisant le dioxyde de carbone atmosphérique. L'instrument Mars Environmental Dynamics Analyzer ou MEDA est lui composé d'une série de capteurs qui fourniront des mesures de température, vitesse et direction de vent, pression, humidité, etc. Enfin, le rover embarquera aussi un instrument appelé Radar Imager for Mars' Subsurface Exploration ou RIMFAX. Un radar qui fournira des informations sur la structure géologique de ce qui se trouve sous la surface de Mars. Tous ces appareillages seront fixés au rover au cours des prochaines années pour un décollage prévu en juillet 2020. Si tout se passe bien, l'engin arrivera sur Mars en février 2021 pour une mission d'au moins 2 ans et demi

"Aujourd'hui, nous réalisons un autre pas important vers notre voyage sur Mars", a commenté l'administrateur de la NASA, Charles Bolden. "Le robot Mars 2020 doté de ces nouveaux instruments scientifiques avancés, dont ceux de partenaires internationaux, a le potentiel de percer davantage de mystères du passé de la planète rouge contenus dans sa géologie", a relevé de son côté John Grunsfled, administrateur adjoint chargé des missions scientifiques. Cette mission "va permettre d'étendre notre quête de vie dans l'Univers et d'offrir des occasions de développer de nouvelles capacités dans les technologies d'exploration", a t-il ajouté. Mais la NASA compte aussi sur le robot pour collecter des données en vue de futures explorations humaines sur Mars. Il pourrait par exemple permettre de comprendre comment produire de l'oxygène à partir du dioxyde de carbone présent dans l'atmosphère martienne ou encore de révéler la dangerosité des poussières. "Le rover de 2020 aidera à répondre aux questions concernant l'environnement martien auxquelles les astronautes feront face et à tester des technologies dont ils auront besoin avant d'atterrir, d'explorer et de revenir de la planète rouge", a souligné William Gerstenmaier, administrateur associé du Human Exploration and Operations Mission Directorate de la NASA.

Envidéo ci-dessous --> la nouvelle mission Mars

Médias Sociaux et Flux RSS

Twitter icon
Google+ icon
YouTube icon
RSS icon