Recherche

La soucoupe volante de la NASA

Version texteEnvoi par courriel.
LSDS

Oui, vous ne rêvez pas. La NASA possède vraiment un vaisseau spatial en forme de soucoupe volante et elle va faire un vol test devant des journalistes début juin. La NASA a communiqué 6 dates de lancements potentiels : le 3, 5, 7, 9, 11 et 13 juin entre 7h et 8h30. Ce vaisseau spatial en forme de soucoupe volante s’appelle Low Density Supersonic Decelerator (LDSD). Cet engin est en fait conçu pour améliorer les conditions atterrissages des futures missions robotiques ou humaines sur Mars. Il permettra également de ramener sur Terre des charges lourdes. Le test du LDSD qui se déroulera en juin au-dessus de l’océan Pacifique simulera la vitesse d’entrée, de descente et d’atterrissage d’un vaisseau dans l’atmosphère martienne. Pendant ce test, la grosse soucoupe volante renfermera un décélérateur gonflable en forme de tube circulaire et un système de parachute.

Cette soucoupe montera jusqu’à 120 000 pieds grâce à un ballon géant. Puis, des fusées feront grimper la soucoupe jusqu’à 180 000 pieds où elle atteindra une vitesse supersonique. La soucoupe se déplacera à 3,5 fois la vitesse du son. Le décélérateur se gonflera alors autour de l’engin augmentant ainsi sa surface de frottement avec l’atmosphère. Puis, un parachute se déploiera pour la déposer gentiment à la surface de l’océan.

Si tout se déroule bien ce nouveau système d’atterrissage pourrait être utilisé pour des missions martiennes en 2018. Ce serait alors un pas important pour l’exploration planétaire. Si nous voulons un jour effectuer des missions interplanétaires habitées, il faut trouver des moyens de poser de lourdes charges sans pour autant s’alourdir trop.

L’ambition  ici est de trouver un moyen de freiner rapidement sur des atmosphères très ténues comme celle de la planète Mars. (L’atmosphère martienne est 100 fois plus fine que sur Terre). Plus ce qu’on veut poser est lourd, plus il entre vite dans l’atmosphère et plus il faut le freiner. Utiliser des fusées et du carburant pour freiner un appareil ne ferait que l’alourdir d’avantage et il faudrait alors transporter d’avantage de carburant pour augmenter la force de freinage, ce qui alourdirait encore l’appareil et demanderait encore plus de carburant qui… bref, c’est un cercle vicieux.

Ce système en forme de soucoupe volante doit donc tenir ses promesses pour que le calendrier spatial à destination de Mars puisse ne pas prendre de retard. Heureusement, nous allons vite être fixés sur ce dernier point, même s’il reste encore de nombreuses autres difficultés à franchir.

Médias Sociaux et Flux RSS

Twitter icon
Google+ icon
YouTube icon
RSS icon