Recherche

Autolib' jugé plus pratique que les transports en commun

Version texteEnvoi par courriel.
Station Autolib' à Issy les Moulineaux

Le bureau de recherche 6T a présenté le 15 mai les résultats d'une nouvelle étude, co-financée par l'Ademe, sur les usagers franciliens du système d'autopartage parmi les modes alternatifs au véhicule personnel. L'autopartage, développé depuis une dizaine d'années dans les grandes agglomérations françaises, est un système de location, qui permet, via un abonnement, d'utiliser ponctuellement et pour une courte durée un véhicule. L'étude fait un état des lieux de ce service à Paris et sa banlieue en se basant sur une enquête des usagers d'Autolib' (autopartage en trace directe géré par un syndicat mixte) et ceux de l'opérateur francilien Mobizen (autopartage en boucle géré par l'entreprise Communauto). L'enquête a été menée, de novembre 2013 à janvier 2014, auprès de 644 usagers d'Autolib et 525 usagers de Mobizen.

L'autopartage ''dit en boucle'' (qui concerne la majorité des offres en France), proposée par Mobizen, contraint l'usager à redéposer le véhicule là où on l'a emprunté. A contrario : les Autolib' sont disponibles "en trace directe" et permettent de rendre la voiture dans une autre station que celle de départ et donc de se démarquer de la concurrence. La trace directe et les trajets courts proposés participeraient au succès d'Autolib' à Paris, lancé fin 2011 et "fort de ses 43.000 abonnés actifs" fin janvier 2014 (contre plus de 5.000 inscrits pour Mobizen lancé en 2007).

Comme pour les autres services d'autopartage, Autolib' permet d'abord d'utiliser une voiture ponctuellement. Pour autant, cette motivation principale est "moins forte" que pour les usagers de Mobizen (33% contre 50%), selon l'enquête. Les fréquences d'usages d'Autolib' sont beaucoup plus élevées : 57% des autolibeurs l'utilisent plus de 2 fois par semaine "quand l'essentiel des autres autopartageurs (plus de 80%) utilisent leur service moins de 3 fois par mois". L'utilisation d'Autolib' pour un trajet domicile travail est plus importante : 62% des autolibeurs l'ont déjà utilisé à cet effet contre seulement 12% des inscrits à Mobizen.

Autolib' se substitue également aux deux roues motorisés et contribue à "une forte diminution" des usages du taxi. Le parc de deux-roues motorisés des inscrits à Autolib' diminue de 15 % alors qu'il "stagne" chez Mobizen. De même, 69% des autolibeurs déclarent moins utiliser le taxi contre seulement 22% des abonnés à Mobizen.

Pour 25% de ses usagers, Autolib' est d'abord un service "plus pratique ou plus confortable" que les transports en commun alors que seulement 1% des inscrits à Mobizen l'utilisent par préférence aux transports en commun. En revanche, seulement 18% des autolibeurs se sont inscrits au service parce qu'il leur revient moins cher qu'une voiture personnelle, contre 31% des inscrits à Mobizen.

Autolib' est un mode majoritairement utilisé par des Parisiens se déplaçant dans Paris, alors que Mobizen est principalement utilisé par des Parisiens pour se rendre à l'extérieur de Paris. La durée moyenne de location d'Autolib' est de 40 minutes pour 9 km alors que celle de Mobizen est de 5 heures pour 40 km.

Un véhicule Mobizen remplace également 7 voitures particulières contre 3 pour Autolib'. Les autolibeurs interrogés déclarent une baisse de 11% du nombre de kilomètres parcourus en voiture (contre 45% pour les abonnés de Mobizen) et une diminution de 23% du parc automobile suite à leur abonnement (contre 67% des inscrits à Mobizen).

"Autolib' est déjà un service d'envergure bien connu des Parisiens. Il est temps que la Mairie de Paris soutienne aussi le développement de l'autopartage avec réservation de type Mobizen", a déclaré

Médias Sociaux et Flux RSS

Twitter icon
Google+ icon
YouTube icon
RSS icon