Le projet ARA de Google

Version texteEnvoi par courriel.
Un smartphone Google en kit

Google veut révolutionner la vente des smartphones : le projet Ara n’est que la première pièce de l’édifice. En plus d’avoir le premier OS mobile au monde, Android, Google veut désormais vendre ses propres smartphones. Mais la firme de Mountain View ne compte évidemment pas vendre ses téléphones de la même manière que ses concurrents. Au contraire, Google prend un risque assez insensé avec la mise en place du projet Ara. Rappelons le fil de ce projet : quand Google rachète, il y a plus d’un an, Motorola, l’entreprise Motorola travaille sur un projet de smartphone entièrement constructible par l’acheteur. En anglais, c’est le smartphone “Do-It-Yourself” c’est à dire “monter le vous même” en français. Lorsque que Google a vendu il y a de cela quelques mois Motorola à Lenovo, Google a gardé la branche Motorola qui travaillait sur ce projet. Une fois reprise en main par la maison Google, la branche s’appelle désormais Ara.

Le 15 avril dernier, à la première conférence des Ara Developers, Google a apporté des précisions sur la commercialisation de son téléphone modulable. Inspiré du "Phonebloks" du designer néerlandais Dave Hakkens, le Project Ara permettra à son utilisateur de le constituer entièrement, de son squelette de base à son design, pour un prix allant de 100 à 700 euros. Concrètement, cela signifie que chacun crée son smartphone en fonction de ses besoins (appareil photo, capteurs, mémoire supplémentaire, couleurs, textures… etc.). Par ailleurs, les usagers devraient pouvoir fabriquer leurs modules sur mesure via une imprimante 3D. On en saura plus en septembre lors de la troisième conférence Ara, qui devrait dévoiler les premiers modules élémentaires du smartphone.

Reste que ce projet soulève des questions. Le concept va-t-il prendre ? Les utilisateurs vont-ils s’amuser à assembler leur smartphone pour le bon plaisir de Google ? La solidité de l’engin final s’en fera-t-elle ressentir ? Ce nouveau projet implique-t-il la création d’un marché de pièces détachées ? Et que faire si les autres constructeurs ne suivent pas ? Autant de questions sans réponses pour le moment.

Ci-dessous la vidéo de présentation du projet ARA.

Médias Sociaux et Flux RSS

Twitter icon
Google+ icon
YouTube icon
RSS icon