Recherche

NASA News

Version texteEnvoi par courriel.
Scott et Mark, les jumeaux astronautes de la NASA

*La Nasa utilise des jumeaux pour faire des expériences dans l'espace*

Envoyer un vol habité vers la planète Mars?: un rêve pour la Nasa qui pourra voir le jour en 2030. Encore une bonne quinzaine d'années de préparation, tant la complexité d'une telle mission est grande. Et parmi les principales interrogations pour l'agence spatiale américaine?: comment va réagir le corps humain en apesanteur au cours d'un voyage de plusieurs mois, voire années?? C'est pour répondre en partie à cette question que la Nasa a fait appel à Scott et Mark Kelly, des frères jumeaux. Les seuls jumeaux astronautes au monde. Comment?? En envoyant Mark dans l'espace pendant un an, dans la station spatiale internationale (ISS), alors que Scott restera sur terre. Les deux frères subiront pendant cette période tout une batterie de tests, en même temps.

Prélèvements de sang et d’urine, échographies, tomographies axiales calculées par ordinateur, étude de la modification de la masse musculaire ou de la densité osseuse, exposition aux rayons cosmiques et autres joyeusetés sont au programme. Comme les jumeaux sont deux copies parfaites, au sens physique, il sera plus facile d'observer le moindre changement entre les deux. Mais la Nasa n'indique pas si elle a procédé à un tirage à la courte paille pour savoir lequel des deux frères envoyer dans l'espace.

En 1969, l'homme faisait son premier pas sur la lune. En 2030, il pourrait bien le faire sur Mars. La Nasa a détaillé son plan pour envoyer une expédition humaine sur la planète rouge.  La mission devrait durer deux à trois ans. Mais avant cela, la Nasa enverra ses hommes explorer un astéroïde orbitant autour de la Lune, à bord du vaisseau Orion.  Les astronautes ramèneront des échantillons d'ici 2020.

"Cette expérience pourra aider la Nasa à tester de nouveaux systèmes, comme la propulsion solaire électrique, dont nous aurons besoin pour notre exploration sur Mars", a déclaré la Nasa. Le voyage vers Mars pourrait durer près de trois mois. C'est pourquoi la Nasa étudie les conditions de voyage des astronautes, chose qu'elle n'avait pas eu besoin de faire en envoyant son robot Curiosty.


*Le capitaine Kirk de Star Trek récompensé par la Nasa*

Après presque 50 ans à arpenter les galaxies pour sauver l'univers de la menace de toutes les espèces d'aliens ainsi que des catastrophes célestes, William Shatner a finalement atteint un lieu où aucun autre membre de Starfleet n'est allé avant. C'est en ces termes que commence un enthousiaste communiqué de l'agence spatiale américaine, relatant une cérémonie qui s'est déroulée samedi 26 avril à Los Angeles, durant laquelle l'acteur et écrivain canadien William Shatner a été distingué de la plus haute décoration remise à un civil par la Nasa. William Shatner est devenu une icône culturelle grâce à son rôle du capitaine James Tiberius Kirk, commandant du vaisseau USS Enterprise dans la célèbre série TV de science-fiction "Star Trek", diffusée pour la première fois entre 1966 et 1969.

La relation de William Shatner avec la NASA est des plus durables. Elle remonte à l'époque de la série originale, dans laquelle étaient régulièrement inclues des références à l'agence spatiale américaine et à ses programmes, précise l'agence dans son communiqué. L'acteur a également prêté sa voix à plusieurs documentaires réalisés par NASA. Et la réciprocité a été de mise puisque lorsqu'en 1976 la Nasa s'apprête à introduire un vaisseau spatial réutilisable comme le successeur du programme Apollo, un nouveau prototype de navette spatiale, initialement être nommé Constitution, a été baptisé Enterprise en l'honneur de l'univers Star Trek.


*Le musée de l'agence spatiale américaine accueille un Boeing 747 porte-navettes*

Un superjumbo Boeing 747 adapté afin de pouvoir... transporter des navettes spatiales sur son dos. D'où son surnom de "SCA", pour Shuttle Carrier Aircraft : avion porteur de navettes. L'appareil mythique de la conquête spatiale a rejoint le "Space Center Houston", un musée situé juste à côté du fameux centre de contrôle au sol de l'agence spatiale.

Le Boeing 747, qui a atterri à l'aéroport d'Ellington puis a été partiellement démonté, a emprunté l'autoroute sur une dizaine de kilomètres afin de rejoindre les installations de la Nasa, une opération qui a du s'étaler sur deux nuits du lundi soir et mardi soir. Tout au long du trajet à vitesse très réduite, des routes sont bloquées et des lignes téléphoniques et électriques temporairement coupées.
Sur place, l'avion sera réassemblé et une maquette de navette spatiale (nommée Independence) sera installée sur son dos. Lors de la mise à la retraite des navettes spatiales Discovery, Atlantis et Endeavour en 2011 (Challenger et Columbia avaient été perdues en vol), le gouvernement américain avait lancé un appel d'offres et de nombreux musées s'étaient manifestés. Si ceux de Washington, Cap Canaveral et Los Angeles avaient été satisfaits, les autres, dont celui de Houston, avaient reçu la promesse de "lots de consolation", comme ce Boeing 747.

L'appareil est le premier des deux exemplaires dont disposait la Nasa pour transporter les navettes de leur lieu d'atterrissage jusqu'à leur plateforme de lancement, à Cap Canaveral. Selon la météo au moment du retour et la durée des missions dans l'espace, les navettes étaient parfois contraintes d'atterrir très loin de la Floride, par exemple sur la base militaire d'Edwards en Californie. Il fallait alors les convoyer jusqu'à leur pas de tir pour les nouvelles missions, à l'autre bout des États-Unis.

Le 747 (immatriculé N905NA), largement modifié, avec son empennage arrière caractéristique, portait littéralement sur son dos les précieuses navettes. Sa masse de 144 tonnes à vide pouvait être portée à 322 tonnes au décollage, pour une longueur de 70 mètres. Il avait été, à l'origine, construit pour American Airlines et portait donc le liseré caractéristique de la compagnie civile pendant plusieurs années, avant d'être racheté par la Nasa en 1974.

Médias Sociaux et Flux RSS

Twitter icon
Google+ icon
YouTube icon
RSS icon