Recherche

Soyouz envoie la "Sentinel" en orbite

Version texteEnvoi par courriel.
Remplissage de Sentinel 1A au S5B

Le lanceur Soyouz a mis en orbite Sentinel-1a, le premier satellite du programme européen de surveillance environnementale Copernicus. Il sera positionné sur une orbite polaire, à 700 km d’altitude. Sentinel-1a embarque un radar qui fournira des images de la surface de la Terre, de jour comme de nuit, quelles que soient les conditions météorologiques. Sa résolution oscillera entre 5 et 25 mètres. Les données du satellite Sentinel-1a seront collectées par plusieurs centres de réception européens. ‪Sentinel-1A est destiné à une large gamme de missions environnementales, notamment la surveillance de la surface des mers, l'observation de la fonte des glaces, des marées noires et des glissements de terrain. C'est aussi le seul satellite européen à avoir été spécifiquement conçu pour réagir rapidement en cas de catastrophes naturelles, comme des inondations ou des séismes, pour fournir au sol des données aussi fraîches que possible, souligne l'ESA, l'agence spatiale européenne.

Doté d'un instrument radar de pointe développé par Airbus Defence & Space (ADS, ex-Astrium), capable de voir la surface de la Terre de jour comme de nuit, même par temps couvert, Sentinel-1A doit poursuivre la mission qui avait été brillamment accomplie, durant dix ans, par le satellite Envisat, hors d'usage depuis tout juste deux ans. Dans sa configuration la plus précise, le radar est même capable de pénétrer le couvert des forêts pour atteindre le sol, souligne ADS.

D'une masse de 2,2 tonnes et d'une durée de vie prévue pour sept ans, Sentinel-1A a été mis sur orbite par une fusée Soyouz de Guyane. C'est la septième fois de son histoire que le mythique lanceur russe s'élancera depuis le Centre spatial guyanais. La séparation du satellite de l'étage supérieur de la fusée est intervenu 23 minutes et 24 secondes seulement après le décollage. Le satellite "gravitera autour de la Terre à près de 700 km d'altitude. Son orbite passera par les pôles à chaque révolution, permettant ainsi au radar de balayer la planète en ‘fauchées' au fur et à mesure que celle-ci défilera sous lui", explique EADS.

Lors du lancement, les ailes solaires et le radar sont pliés, à la fois pour leur protection et pour rentrer dans la coiffe du lanceur Soyouz. Une fois le satellite largué dans l'espace, les ailes solaires et le radar se déploient simultanément. L'opération dure environ dix heures.

A l'heure actuellement on peut se poser la question: peut il repérer fiablement des débris d'avions en mer ??

*Le Soyouz*

La famille de lanceurs Soyouz a fourni des services fiables et efficaces, et ce depuis le début de l'aventure spatiale. Les véhicules de cette famille, qui ont lancé le premier satellite ainsi que le premier homme dans l'Espace, se sont vus créditer plus de 1800 lancements au cours des 50 dernières années. Aujourd'hui, le lanceur Soyouz est utilisé pour les vols habités ou non, en direction de la station orbitale internationale, ISS, et pour les vols commerciaux sous la direction de Starsem.

Dans la version Soyouz ST, le lanceur mesure 46,1m pour 305 tonnes et permet de mettre en orbite basse des charges utiles de 4 900kg. Cette charge utile peut même être de 5 500kg dans le cas du lanceur Soyouz Fregat.

Le lanceur Soyouz actuel est composé de quatre étages : les propulseurs (1er étage), le corps principal (2ème étage), le 3ème étage et l'étage supérieur réallumable Fregat (4ème étage).

Au nombre de 4 (Blocs B, V, G et D), les propulseurs sont assemblés autour du corps principal. Le réservoir d’oxydant se trouve dans la partie conique tandis que le réservoir de kérosène se trouve dans la partie cylindrique.
Ils sont munis d’un moteur RD-107A, qui utilise de l’oxygène liquide et du kérosène. Chaque moteur a 4 chambres de combustion, ce à quoi sont rajoutées deux autres chambres, pour alimenter les moteurs dits "verniers", destinés à l’orientation du lanceur.
Après le décollage, les propulseurs brûlent pendant 120 secondes puis sont largués. La poussée est transférée au corps principal par un joint à rotule situé au dessus de la structure en forme de cône du propulseur.

Le corps principal est semblable, dans sa construction, aux propulseurs, avec une forme de poisson marteau pour s’adapter au 1er étage.
Cet étage est muni d’un moteur RD-108A, qui possède lui aussi 4 chambres de combustion et 4 tuyères. Nominalement, le temps de combustion de l’étage principal est de 290 secondes. L’allumage du corps principal a lieu 20 secondes avant le décollage afin de contrôler les différents paramètres moteurs.  

L’allumage du 3ème étage se produit approximativement 2 secondes avant l’arrêt du moteur de l’étage principal. La poussée de cet étage déclenche directement sa séparation d’avec l’étage principal.
Entre le réservoir de carburant et le réservoir d’oxydant, on trouve un compartiment intermédiaire où sont logés les systèmes avioniques.
Le 3ème étage brûle nominalement pendant 230 secondes. Après coupure du moteur et séparation d’avec l’étage supérieur Fregat, l’étage effectue une manœuvre d’évitement en ouvrant une vanne dans le réservoir d’oxygène liquide.

Qualifié en 2000, l’étage supérieur Fregat est un étage autonome conçu pour fonctionner comme un véhicule orbital. Il prolonge les possibilités des étages inférieurs du lanceur Soyuz, pour permettre d’accéder à une gamme complète d’orbites.
Fregat se compose de 6 réservoirs sphériques (4 pour le propulseur, 2 pour l’avionique) disposés en cercle. Il est indépendant des 3 autres étages, avec ses propres systèmes de navigation, commande et télémétrie.
 

Médias Sociaux et Flux RSS

Twitter icon
Google+ icon
YouTube icon
RSS icon