Le projet ARES

Version texteEnvoi par courriel.

Succédant au projet Transformer (TX) dévoilé en 2009, le projet ARES (Aerial Reconfigurable Embedded System) de l’agence américaine DARPA (Defense Advanced Research Projects Agency) va bientôt se concrétiser. La DARPA a en effet annoncé le mois dernier que le programme était désormais lancé et qu’il avait gagné en maturité, atteignant sa troisième et dernière phase de conception (Phase 3). Un premier prototype va être construit pour un vol attendu en 2015. Développé en coopération avec la division Skunk Works de Lockheed Martin et Piasecki Aircraft Corporation, ce drone est destiné à effectuer des missions de transport, notamment pour assurer la logistique des lignes de front. Il s’agit d’un appareil pouvant décoller et atterrir verticalement (VTOL) grâce à deux soufflantes carénées orientables.

À la différence des premiers travaux concernant le projet TX, ARES ne ressemble plus du tout à un Hummer volant. Il est désormais composé de deux parties : un module porteur, complètement autonome, qui comprend la voilure, la motorisation, les systèmes et le carburant, et un module de transport, complètement détachable et adapté en fonction des besoins de la mission. Ce dernier module pourra par exemple se décliner en compartiment de transport de matériel ou de vivres, en logement d’évacuation pour blessés (CASEVAC) ou en système de reconnaissance et de renseignement.

Pour la DARPA, ARES permettra ainsi de s’affranchir des contraintes du terrain (relief, menaces) par opposition au traditionnel transport par voie terrestre, tout en évitant de mobiliser des hélicoptères avec leur équipage. Le drone deviendrait ainsi un moyen de transport plus économique, tout en divisant par deux la surface d’atterrissage requise.

L’un des objectifs du programme est de pouvoir transporter une charge pouvant atteindre 3000 livres (1,4 t), soit plus de 40% de sa masse maximale au décollage. ARES sera dans un premier temps entièrement autonome, ne nécessitant aucune intervention humaine pour assurer les missions. La DARPA précise cependant que le drone pourra aussi, mais dans un second temps, être piloté dans certaines phases de vol grâce à des applications sur mobile ou sur des tablettes durcies.

Ce projet s’ajoute au programme X-VTOL dévoilé en février 2013 et qui plante le décor sur de futurs concepts d’aéronefs alliant voilure tournante et voilure fixe.

Médias Sociaux et Flux RSS

Twitter icon
Google+ icon
YouTube icon
RSS icon