Recherche

O3b satellites pour accés à internet

Version texteEnvoi par courriel.
Un satellite de la constellation O3b

Après les ballons d'altitude de Google voici venir une constellation de satellites pour réduire la fracture numérique dans les pays émergents. Telle est l'ambition de la société O3b Networks, dont les premier engins vont être mis sur orbite, après leur lancement ce lundi 24 juin 2013. Après le compte à rebours habituel, une fusée Soyouz 2 s'élancera à 15h53 (heure locale) depuis la base de Kourou en Guyane. Elle emportera ses quatre premiers satellites, conçus par la société française Thales Alenia Space.
Ces satellites seront placés en orbite basse, à 8 062 km d'altitude (contre 36 000 km pour l'orbite géostationnaire). Ils circuleront et défileront au-dessus de la terre, au niveau niveau de l'équateur, privilégiant ainsi l'Afrique, l'Amérique Latine et l'Asie. Ils seront rejoints par quatre autres satellites, lancés en novembre 2013.

O3b Networks est issue d'une initiative d'un riche américain. Greg Wyler avait constaté, alors qu'il était en affaires au Rwanda (Afrique), l'indigence des moyens de communications locaux pour accéder à Internet. Avec l'aide de puissants alliés financiers, dont Google, la banque anglaise HSBC, le câblo-opérateur américain Liberty Global, et SES, opérateur de satellites, il fonde O3b Networks. Celle-ci réussit à lever 1,3 milliars de dollars de fonds.
Le sigle signifie "Other 3 billion", allusion directe aux 3 milliards d'habitants de la planète ayant peu ou pas de réseau de télécoms à leur disposition pour accéder à Internet.

Le lancement a été reporté de 24 heures en raison des conditions météorologiques défavorables. Une nouvelle tentative est prévue le mardi 25 juin à 20h54 (heure de Paris).

Le choix d'une orbite basse pour la constellation, permet de lancer des engins moins lourds et moins onéreux. Leur atout technique primordial est d'abaisser les temps de réponse des accès à Internet par satellite, traditionnellement longs.
A 8000  km d'altitude, le délai d'aller-retour des signaux de transmission entre la terre et les satellites, chute à moins de 150 millisecondes, à comparer aux 500 à 600 millisecondes nécessaires pour effectuer le même trajet dans le cas de satellites en orbite géostationnaire (placés à 36 000 km).
Chaque satellite de la constellation embarque de multiples paraboles pointées sur la terre. Chacun de ses faisceaux couvre une aire au sol d'environ 700 km de diamètre. Chaque faisceau offrirait un débit global partagé de 1,2 Gbits/s. La société prévoit de laisser aux fournisseurs locaux d'accès à Internet, la commercialisation directe aux particuliers ou aux entreprises, des accès satellitaires qu'elle fournit via sa constellation placée au-dessus de l'équateur.

L'internet par satellite c'est une récupération des informations à la volée, plus facile à réaliser pour les agences d'écoute.
 

Médias Sociaux et Flux RSS

Twitter icon
Google+ icon
YouTube icon
RSS icon