Recherche

Alladin Sane réincarné

Version texteEnvoi par courriel.
Alladin Sane

Paru à l’origine chez RCA Victor, le 13 avril 1973, “Aladdin Sane” est le sixième album de David Bowie; il a été co-produit par Ken Scott. Le musicien anglais vivait alors une des périodes les plus riches de sa carrière. “Ziggy Stardust” avait fait de lui une superstar en Angleterre, et il se produisait énormément aux Etats-Unis. C’est d’ailleurs sur les routes américaines qu’a été écrite la plupart des chansons de “Aladdin Sane”. L’album a été enregistré aux studios Trident, à Londres, ainsi qu’aux studios RCA, à New York et Nashville, entre le 6 octobre 1972 et le 24 janvier 1973.
Il s’agit du dernier disque de David Bowie avec les Spiders From Mars, composés de Mick Ronson (guitare, piano, chœurs), Trevor Bolder (basse) et Mick “Woody” Woodmansey (batterie).

On remarque sur “Aladdin Sane” la présence d’un tout nouveau collaborateur, le pianiste avant-jazz Mike Garson. En plus de chanter, David Bowie joue de la guitare, de l’harmonica, des claviers et du saxophone sur le disque.

“Aladdin Sane”, décrit par David Bowie comme “le voyage de Ziggy aux Etats-Unis”, est un album plus rock et remuant que son prédécesseur. On remarque l’influence probable des Rolling Stones sur le premier morceau du disque, “Watch That Man”, ainsi qu’une reprise téméraire de leur chanson “Let’s Spend The Night Together”. L’influence de Muddy Waters est notable dans le riff de “The Jean Genie” (numéro 2 dans le Top Single anglais), tandis que la “nostalgie futuriste” de “Drive-In Saturday” (numéro 3 dans le Top Single anglais), a été inspirée à David Bowie par le doo-wop des années 1950. "Cracked Actor”, qui constitue peut-être le moment le plus décadent du disque, reflète l’atmosphère de Hollywood Boulevard, dont il convertit l’imagerie en rock’n’roll brut. Par sa présence et son talent, Mike Garson contribue à l’excellence de chansons cruciales de l’album parmi lesquelles celle qui lui donne son titre, ainsi que la très cabaret brechtien “Time” et la schizophrène “Lady Grinning Soul” qui clôt le disque.

Cette édition du quarantième anniversaire a été remasterisée par Ray Staff aux Studios AIR à Londres. C’est lui qui a remasterisé le disque original aux Studios Trident, et sa remasterisation de “Ziggy Stardust”, en 2012, a été encensée.

Médias Sociaux et Flux RSS

Twitter icon
Google+ icon
YouTube icon
RSS icon